Choisis un pays pour voir le contenu correspondant à ta localisation :

Emplois actuels

De meilleurs salaires pour les femmes

Auteur: Sarah Sommer / le

À travail égal, les femmes gagnent moins d’argent que les hommes. Mais quelle est l’ampleur de l’écart de rémunération réel ? On entend parfois que les femmes gagnent plus de 20 % de moins que leurs collègues masculins, et on entend d’autres fois qu’il n’y a un écart salarial que de 2 à 3 % entre les sexes. Comment est-ce possible ?

gender

En Suisse, aucun progrès significatif en matière d’égalité des droits n’est constaté, et même pire, l’écart entre les sexes se creuse ! C’est du moins ce que plusieurs médias suisses ont rapporté après que le Forum économique mondial (WEF) a publié son dernier rapport sur l’égalité à la fin de l’année dernière. Car si l’on en croit le rapport annuel sur l’égalité dans le monde, la Suisse a beaucoup moins progressé que les autres pays d’Europe occidentale au cours des dix dernières années. Un indicateur important : les femmes gagnaient encore en moyenne seulement 83 % du salaire d’un homme.

Comment cela peut-il être vrai : les entreprises suisses continueront-elles à payer les femmes un cinquième de moins que les hommes pour le même emploi, avec les mêmes qualifications, en 2018 ? Et cet écart salarial s’accentuera-t-il au fil des ans au lieu de diminuer ? Ce serait un véritable scandale. D’autant plus que le Conseil des États vient de rejeter un projet de loi du Conseil fédéral qui obligerait les entreprises à vérifier régulièrement la structure des salaires pour s’assurer que les femmes et les hommes ne sont pas traités de manière inégale . Une honte pour la politique et l’économie suisses, comme l’a dit la conseillère nationale Ada Marra ? Pourquoi les entrepreneurs et les hommes politiques suisses préfèrent-ils simplement accepter l’écart salarial entre les hommes et les femmes ?

En fait, la situation de départ n’est pas aussi claire que le suggère l’étude du WEF. En y regardant de plus près, les chiffres sont moins clairs qu’il n’y paraît à première vue. Par exemple, le WEF ne mesure pas les différences salariales concrètes entre les hommes et les femmes, mais évalue la contribution globale des sexes à la performance économique du pays. Les données du WEF n’indiquent donc pas du tout si une rémunération moindre est effectivement versée pour le même poste avec les mêmes qualifications.

Le Conseil fédéral suisse a effectué des calculs plus précis pour mesurer l’ampleur réelle de l’écart salarial dans le pays. Les statisticiens ont également inclus dans le calcul des facteurs tels que les années de service, la formation et le poste dans l’entreprise. Et voilà les résultats : dans cette évaluation, l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes ne disparaît pas, mais il est tout de même moindre et s’établit à environ 9 %. Cette différence « inexplicable » correspond toutefois encore à une différence de salaire d’environ 8000 CHF par an. Par ailleurs, l’analyse a également révélé que cet écart salarial est encore plus important pour la Confédération, les cantons et les communes que dans le secteur privé.

Entre-temps, les critiques notent que ces chiffres ne sont toujours pas réalistes. Le consultant en gestion de personnel Korn Ferry, par exemple, calcule en outre les effets des différentes tailles, activités et secteurs de l’entreprise, et obtient ainsi un écart salarial statistiquement inexplicable de seulement 2 % entre les hommes et les femmes.

Cet effet est similaire non seulement en Suisse, mais selon l’étude de Korn Ferry sur les 25 pays étudiés. L’Institut der deutschen Wirtschaft (IW) est arrivé à des conclusions similaires.

Mais comment les résultats des statistiques s’articulent-ils ? Eh bien, en moyenne, les femmes rapportent moins d’argent que les hommes à la maison, mais ce n’est que dans une faible mesure en raison de la discrimination salariale dans les entreprises. Des cas spectaculaires d’inégalité de traitement, comme celui de Carrie Gracie, présentatrice de BBC, ont à maintes reprises suscité l’émoi : la directrice du bureau de la BBC en Chine a quitté son emploi afin d’attirer l’attention sur le fait que les hommes du groupe britannique reçoivent jusqu’à 50 % de salaire supplémentaire pour le même travail. Bien entendu, il y a aussi un besoin d’harmonisation dans les entreprises suisses, comme le montre un projet du groupe d’assurance Zurich : pour être certifiée avec le label d’égalité Edge, l’entreprise a analysé les différences salariales entre les hommes et les femmes du groupe. En effet, dans plusieurs cas, Zurich a dû augmenter ou diminuer les salaires parce qu’il n’y avait pas de raison valable pour des différences de salaire entre les employés masculins et féminins.

Cependant, il manque toujours à Zurich Suisse un facteur important pour obtenir la certification Edge la plus élevée, même après l’harmonisation des salaires : plus de femmes dans les postes de direction. Et c’est ainsi qu’apparaît le dilemme fondamental : l’écart salarial entre les hommes et les femmes ne peut être comblé simplement par des salaires transparents dans les entreprises et par des adaptations salariales telles que celles réalisées chez Zurich. « La majorité des différences salariales entre les hommes et les femmes sont dues au fait qu’en moyenne, les femmes dans la hiérarchie de l’entreprise ont tendance à occuper des postes et des fonctions moins bien rémunérés », explique Tobias Egli, le patron de Lohncheck. « De plus, les femmes sont le plus souvent employées dans des secteurs où le niveau des salaires est relativement bas. Les femmes travaillent également plus souvent que les hommes dans les petites et moyennes entreprises, qui paient en moyenne moins que les grandes.

Tous ces facteurs sont liés à un autre résultat statistiquement clair : « Les femmes travaillent beaucoup plus souvent à temps partiel, changent souvent pour des emplois moins exigeants et prennent plus de temps libre que les hommes pour fonder une famille », explique Egli. Une analyse de l’Institut der deutschen Wirtschaft (Institut de l’économie allemande) montre qu’après la naissance d’un enfant, plus vite les femmes reprennent un emploi à temps plein, plus l’écart salarial avec leurs collègues masculins est petit.

Une étude américaine arrive même à la conclusion que chaque enfant coûte à une femme hautement qualifiée 4 à 10 % de son futur salaire. L’écart de rémunération ne peut et ne se réduira donc que si les hommes et les femmes partagent la garde des enfants et s’il existe une infrastructure de garde suffisante pour les familles avec de jeunes enfants, afin que les deux parents puissent occuper un emploi bien rémunéré. Il faut également que toutes les entreprises, secteurs et professions soient également intéressants et accessibles aux hommes et aux femmes.

Offres d'emploi actuelles en Suisse

L'emploi de vos rêves n'est pas encore là ? Vous pouvez facilement affiner votre recherche en saisissant ici le titre du poste souhaité :

Article actuel sur le thème des salaires

SWISS HR AWARD Winner 2021

L'équité salariale pour votre entreprise

  • Vérifier l'équité du marché pour leurs salaires
  • Payez-vous un salaire égal dans tous les départements ?

Mettre en œuvre la loi sur l'égalité des sexes

  • Effectuer une analyse de l'égalité des salaires
  • Trouver un auditeur pour l'audit
Lohncheck Pro à partir de 108 CHF/an