Choisis un pays pour voir le contenu correspondant à ta localisation :

Emplois actuels

Maçon

59.273 - 76.104 CHF

Tous les salaires affichés sont basés sur un emploi à plein temps et sur le paiement de 13 mois de salaire. Les salaires affichés sont des salaires bruts (avant les prélèvements sociaux).

Fourchette des salaires moyens en Suisse

En moyenne, on gagne en tant que Maçon 5.305 CHF par mois. La moitié de tous les Maçon gagne entre 4.559 et 5.854 CHF.

Votre salaire en comparaison

Que gagnent vos concurrents à qualification égale et pourquoi ? Apprenez-le ici !

C'est le salaire le plus élevé en tant que Maçon

Secteur Lieu de travail Sexe

Débloquer les statistiques de salaires détaillées

Aidez-nous à rendre l'écart de rémunération plus transparent et plus équitable sur le long terme. Pour cela, nous avons seulement besoin de chiffres clés concernant votre emploi actuel. Ne vous en faites pas : vos données seront cryptées et traitées de manière anonyme.

30+ nouveaux emplois

Suggestions d'emploi en tant que fonction Maçon

Notre Jobletter vous tiendra au courant par e-mail: Recevez les offres d'emploi actuelles et obtenez l'emploi de vos rêves !

Cliquez ici pour vous abonner à la Jobletter hebdomadaire

Article actuel sur le thème des salaires

SWISS HR AWARD Winner 2021

L'équité salariale pour votre entreprise

  • Vérifier l'équité du marché pour leurs salaires
  • Payez-vous un salaire égal dans tous les départements ?

Mettre en œuvre la loi sur l'égalité des sexes

  • Effectuer une analyse de l'égalité des salaires
  • Trouver un auditeur pour l'audit
Lohncheck Pro à partir de 108 CHF/an

Salaire moyen Maçon

Maçon Lohn

Le métier de maçon On se plaint partout d’un manque de logements, et c’est bien pour cela que l’industrie de la construction connaît un tel essor. Ceux qui veulent se lancer dans le métier de maçon ont la garantie d’un avenir florissant et n’aura pas à s’inquiéter de ne pas avoir assez de mandats. Le métier de maçon n’est pas des plus populaires parmi la jeunesse, car il va de pair avec un travail acharné. Cela dit, le sentiment d’avoir fait quelque chose de ses propres mains est très gratifiant et le salaire est aussi plutôt satisfaisant. Vous apprendrez ci-dessous quel montant cela représente, quelles conditions un candidat doit remplir, quelles possibilités s’offrent à lui lorsqu’il a fini sa formation et quelles tâches incombent à un maçon. Activité professionnelle Avant chaque construction, les plans du dessinateur en bâtiment ou de l’architecte doivent être vérifiés. On doit également déterminer au préalable quels matériaux, et en quelles quantités, il faudra utiliser pour la construction, et quelles machines et quels appareils seront nécessaires. Les personnes qui travaillent dans cette profession doivent savoir travailler en équipe, car avant et pendant le travail, il est important de communiquer et de collaborer étroitement avec toutes les autres parties concernées. C’est ainsi qu’un projet peut vraiment réussir. Le bâtiment a besoin d’une fondation en béton, mais aussi de coffrages en bois et acier pour les parois. Ceux-ci seront plus tard remplis de béton, qu’il faudra avoir mélangé auparavant. Une fois la fondation installée, le maçon peut commencer son travail. Avec de la colle spéciale ou du mortier, les travailleurs empilent les briques, une couche après l’autre, de façon à élever des murs entiers. Il faut constamment vérifier, à l’aide de lattes en aluminium ou de jauges laser, si le travail est bien droit. Lorsque la construction brute est en place, les travaux de maçonnerie à l’intérieur et à l’extérieur commencent. On colmate les parois de la cave pour bloquer l’humidité, on isole les murs extérieurs et on construit la cheminée. Même si l’on s’occupe d’un bâtiment existant, il y a beaucoup à faire. C’est souvent le dernier recours pour de vieux bâtiments qui risqueraient sinon de se transformer en ruines. S’il n’y a vraiment plus rien à faire, il faut procéder à la démolition. Et cela aussi, c’est du ressort du maçon. Conditions personnelles à remplir Comme nous l’avons dit plus haut, il est très important de savoir travailler en équipe. Ce n’est qu’en communiquant avec les autres que les constructions et projets compliqués peuvent être accomplis de façon satisfaisante pour tous. En outre, il faut faire preuve d’un sens aigu du travail soigné, d’une bonne capacité à se représenter les choses dans l’espace et d’une maîtrise suffisante des mathématiques. Ceux qui travaillent dans la construction doivent pouvoir retrousser leurs manches et faire ce qu’il y a à faire. Une bonne maîtrise corporelle et une condition physique suffisante sont indispensables. Souvent, on doit travailler dans les hauteurs. Il vaut donc mieux ne pas être en proie au vertige. L’habileté est également importante pour ce métier. Car il ne suffit pas de pouvoir porter de lourdes pièces déjà toutes faites, il faut aussi veiller à ce que les briques soient parfaitement alignées. Chaque faute peut avoir de très lourdes conséquences. Il faut donc rester concentré, ne pas se laisser distraire trop facilement. Et enfin, un maçon se doit d’être ponctuel et fiable. Ce travail comporte de nombreux dangers, par exemple lorsque l’on travaille en hauteur avec un outil lourd, ou que l’on se promène dans la carcasse abîmée d’un bâtiment à rénover. Les casse-cou sont priés de s’abstenir, on a besoin de gens qui prennent les consignes de sécurité au sérieux et qui s’y tiennent. Le travail au quotidien Un gros avantage de cette branche : on est souvent à l’extérieur au lieu de rester assis dans un bureau mal aéré. En principe, les maçons peuvent travailler dans tous les types d’entreprises du domaine de la construction. Il peut s’agir d’installateurs de maisons préfabriquées, d’entreprises de rénovation ou de constructeurs de bâtiments. Partout où l’on veut du neuf, on a besoin de gens qualifiés qui s’y connaissent en maçonnerie. Formation La formation de trois ans s’effectue en partie dans une entreprise et en partie à l’école professionnelle. Il n’existe pas d’exigence scolaire particulière pour les candidats. Même s’ils n’ont pas dépassé le premier cycle secondaire, ils peuvent sans autre commencer leur apprentissage. Matières enseignées à l’école professionnelle Les mathématiques constituent une partie importante des cours. Si cette idée donne déjà des maux de tête à un candidat, il vaut mieux qu’il envisage un autre plan de carrière. Les mathématiques sont incontournables dans ce métier. Les élèves apprennent à se servir des différents outils et machines, à réaliser et à lire correctement des schémas professionnels. La physique est également au programme, pour mieux comprendre les forces et leurs effets. La formation met aussi l’accent sur la santé et la sécurité au travail, car le métier de maçon n’est pas sans risques. En entreprise Dans la pratique, les apprentis se familiarisent également avec différents outils et appareils et apprennent à les manier correctement. Ils apprennent à mélanger correctement le mortier et le béton avant de se mettre à construire leurs premiers murs, escaliers ou cheminées. La formation dans les différentes entreprises s’inspire souvent du dicton «C’est en forgeant qu’on devient forgeron». Dès que l’on maîtrise les choses essentielles, on peut se lancer dans le monde concret du chantier. Formation continue On n’est en aucun cas contraint de s’arrêter après l’apprentissage. Pour ceux qui le souhaitent, de nombreuses portes sont ouvertes. Il existe des séminaires et des cursus sur différents sujets, par exemple, la rénovation, le stuc, la technique du bâtiment ou la prévention des accidents. Les formations continues qui promettent une augmentation du salaire sont par exemple celle de spécialiste du béton, de spécialiste technique, de contremaître ou d’instructeur. On peut même envisager des études après avoir atteint le degré de maître. Par exemple, des études de Bachelor of Engineering d’ingénieur civil ou le Bachelor combiné (deux branches) en technique de construction. Le salaire pendant et après la formation Selon la région, les apprentis reçoivent en première année un salaire mensuel brut d’environ 825 CHF. L’année suivante, les activités sur le chantier commencent et le salaire augmente en conséquence, jusqu’à 870-1200 francs. En troisième année, le salaire peut encore augmenter de presque 300 francs. Ceux qui achèvent leur formation et accumulent quelques années d’expérience professionnelle peuvent facilement obtenir une rémunération de 1'700 à 2'500 CHF. Une formation continue ou une qualification supplémentaire, par exemple comme contremaître, peut dans certains cas mener à des salaires de 3'000 CHF, et comme maître, jusqu’à 4'000 CHF. On est naturellement libre de se mettre à son compte. Les personnes spécialement habiles et rapides peuvent aussi se lancer dans une carrière de tâcheron-maçon. Les gains sont alors plus élevés, selon la capacité de négociation et la qualité du travail. Les salaires dans la branche sont gérés par des conventions collectives de travail (CCT). Avantages du métier On est le plus souvent en plein air et on travaille avec des gens. Ceux qui n’ont pas peur du travail, qui se consacrent volontiers aux activités manuelles et qui aiment voir naître quelque chose de leurs mains ont certainement leur place dans ce métier. Il est vrai que la profession n’est pas sans dangers, mais en faisant attention, on est récompensé. Et ne l’oublions pas: le salaire est tout à fait correct. Un travail d’avenir? Absolument. Même si un jour des taxis volants planent au-dessus de notre pays et les voitures roulent toutes seules: il y aura toujours des choses à construire. La densité de la population augmente rapidement et partout, on manque de logements. Le boom dans la construction n’est donc pas seulement temporaire, il sera présent encore longtemps. Ce métier a donc un futur très prometteur devant lui. Les professionnels de la construction sont demandés partout. Est-ce vraiment ce qu’il me faut ? Ceux qui se demandent encore si le métier de maçon leur convient vraiment, peuvent par exemple faire un stage pour le savoir avec certitude. De nombreuses entreprises cherchent désespérément du personnel prêt à retrousser ses manches. Le gros avantage, c’est que l’on se fait vite une idée de ce qui se passe sur un chantier et que l’on peut goûter au vrai travail. Une occasion parfaite de découvrir en quelques jours ou semaines si ce métier répond à ses attentes. On peut aussi se renseigner dans son entourage, dans le cas où quelqu’un travaillerait dans la construction.

Foire aux Questions sur le salaire et la rémunération