Choisis un pays pour voir le contenu correspondant à ta localisation :

Emplois actuels

Charpentier

56.511 - 73.929 CHF

Tous les salaires affichés sont basés sur un emploi à plein temps et sur le paiement de 13 mois de salaire. Les salaires affichés sont des salaires bruts (avant les prélèvements sociaux).

Fourchette des salaires moyens en Suisse

En moyenne, on gagne en tant que Charpentier 5.034 CHF par mois. La moitié de tous les Charpentier gagne entre 4.347 et 5.687 CHF.

Votre salaire en comparaison

Que gagnent vos concurrents à qualification égale et pourquoi ? Apprenez-le ici !

C'est le salaire le plus élevé en tant que Charpentier

Secteur Lieu de travail Sexe

Débloquer les statistiques de salaires détaillées

Aidez-nous à rendre l'écart de rémunération plus transparent et plus équitable sur le long terme. Pour cela, nous avons seulement besoin de chiffres clés concernant votre emploi actuel. Ne vous en faites pas : vos données seront cryptées et traitées de manière anonyme.

30+ nouveaux emplois

Suggestions d'emploi en tant que fonction Charpentier

Notre Jobletter vous tiendra au courant par e-mail: Recevez les offres d'emploi actuelles et obtenez l'emploi de vos rêves !

Cliquez ici pour vous abonner à la Jobletter hebdomadaire

Article actuel sur le thème des salaires

SWISS HR AWARD Winner 2021

L'équité salariale pour votre entreprise

  • Vérifier l'équité du marché pour leurs salaires
  • Payez-vous un salaire égal dans tous les départements ?

Mettre en œuvre la loi sur l'égalité des sexes

  • Effectuer une analyse de l'égalité des salaires
  • Trouver un auditeur pour l'audit
Lohncheck Pro à partir de 108 CHF/an

Salaire moyen Charpentier

Charpentier Lohn

Le métier de charpentier Le charpentier – ou la charpentière, pour les femmes – façonne des parties de constructions ou des constructions entières en bois. Ce travail peut s’effectuer dans différents domaines. Les charpentiers participent souvent à la construction et l’aménagement de nouveaux bâtiments. Ils fabriquent et assemblent des charpentes de toits, des treillis, des vérandas ou des balcons. Les coffrages pour le béton, les isolations acoustiques ou thermiques et la protection des matériaux de construction sur le chantier font également partie de leur éventail de tâches. Ils peuvent aussi assumer l’aménagement intérieur, par exemple l’habillage des murs ou la mise en place de sols ou de plafonds en bois. Outre la construction de nouvelles composantes, ou même de nouveaux bâtiments, la réparation d’objets existants occupe une place importante dans le travail d’un charpentier. D’une manière générale, ce travail s’effectue dans différents endroits. L’un d’entre eux est l’atelier. A l’atelier, on préfabrique des éléments de construction, on gère les stocks et on travaille les matériaux. C’est également là que l’on traite et affine les différentes matières premières. Les pièces façonnées ou stockées à l’atelier sont ensuite transportées au chantier, où l’on procède à leur mise en place. Cela peut avoir lieu à l’extérieur comme à l’intérieur d’un bâtiment. Le chantier est ainsi un autre lieu de travail du charpentier. Les travaux de préparation au montage et de montage sont regroupés sous le terme d’assemblage. Le métier de charpentier peut s’effectuer dans des domaines particuliers. Par exemple, on peut se spécialiser dans la construction de bateaux et de navires, surtout dans les régions maritimes. On parle alors de charpenterie navale. Dans leur travail au quotidien, les charpentiers collaborent souvent avec d’autres professionnels. Il est donc important de savoir bien communiquer. Le travail sur un chantier n’est pas sans risques. Une communication claire et compréhensible permet d’éviter les malentendus et les situations dangereuses. Quelles conditions les charpentiers doivent-ils remplir ? Comme le charpentier travaille beaucoup avec ses mains, il doit être particulièrement habile et avoir un sens inné des techniques manuelles. Ses activités au quotidien sont également facilitées par une bonne représentation spatiale. Et puisqu’il travaille souvent en collaboration avec des collègues charpentiers ou d’autres professionnels, il doit savoir fonctionner au sein d’un groupe. Une telle collaboration demande aussi une bonne compréhension de l’artisanat en général et des processus spécifiques sur le chantier. La compréhension mutuelle permet de fournir un travail de qualité, en toute sécurité. En outre, les tâches d’un charpentier pouvant être physiquement ardues, une bonne condition physique est nécessaire pour exercer ce métier. Il faut pouvoir manipuler, soulever et porter aisément des engins ou matériaux lourds et volumineux. La condition physique englobe aussi une bonne tolérance à la poussière et au bruit. Pour les travaux à l’extérieur, le corps doit pouvoir résister aux grandes chaleurs, à l’humidité et au froid. Lorsque l’on installe quelque chose en hauteur, le vertige ne doit pas être un problème et il faut être à l’aise dans ses mouvements et ses déplacements. En plus de ces exigences physiques et mentales, les charpentiers doivent également être capables de travailler selon un plan de construction et des dessins techniques tels qu’ils sont faits actuellement. Perspectives de carrière d’un charpentier En général, les charpentiers travaillent dans de petites ou moyennes entreprises. Il peut s’agir de charpenteries, d’entreprises de construction en bois, mais aussi d’entreprises de génie civil ou de construction immobilière. Le marché du travail est ainsi très vaste pour les charpentiers, mais il dépend beaucoup de la conjoncture dans le secteur de la construction. Le nombre de mandats varie également selon la saison. Alors qu’au printemps et en été, les commandes ont tendance à s’accumuler, l’hiver est généralement beaucoup plus calme. Toutefois, si les charpentiers se montrent prêts à effectuer des travaux de montage, ils peuvent en principe trouver assez de clients même durant la saison froide. Les chances des charpentiers sur le marché du travail sont actuellement bonnes à très bonnes. On s’inquiète de ne pas avoir une relève suffisante dans l’artisanat, les employeurs n’hésitent donc pas à engager des candidats motivés et talentueux. Le métier de charpentier est un métier de formation classique. Ceux qui optent pour cette formation doivent compter trois ans pour la terminer. C’est d’ailleurs le cas de la plupart des formations duales. L’apprenti passe la plupart de son temps à l’entreprise. Cette formation pratique est complétée par une partie théorique qui garantit un apprentissage de qualité. Les cours à l’école professionnelle peuvent être rassemblés en blocs de plusieurs semaines. Le reste du temps, les jeunes charpentiers apprennent au travail les contenus spécifiés dans le programme de formation officiel. La description des tâches est fixée dans le contrat d’apprentissage. Celui-ci doit servir de référence pour le formateur comme pour l’apprenti. Le salaire d’un apprenti charpentier s’aligne sur ceux que l’on paie habituellement dans la construction. Il augmente au fur et à mesure que l’on progresse dans l’apprentissage. Compte tenu de la situation tendue sur le marché du travail, avec la perspective d’une pénurie de candidats qualifiés, les rémunérations des apprentis augmentent pour rendre ce métier plus attrayant. Par ailleurs, les charpentiers ont la possibilité de suivre des cours à l’école professionnelle durant tout l’apprentissage et d’y recevoir leur diplôme en fin de formation. Ceux qui possèdent une maturité peuvent également viser un parcours académique pour obtenir un Bachelor of Engineering en technique du bois, un Bachelor of Science en technique du bois, un Bachelor of Science en architecture ou un poste d’enseignant dans une école professionnelle. Toutes ces qualifications permettent d’assumer plus de responsabilités et ainsi, de faire progresser sa carrière. Une autre façon de monter en grade après quelques années de métier consiste à obtenir le titre de maître. Un tel titre est essentiel pour ceux qui souhaitent s’installer à leur compte. On peut également opter pour une formation continue de technicien. Les techniciens sont habilités à assumer des responsabilités de direction. D’autres formations continues très populaires sont celles de chef d’équipe, de contremaître ou de restaurateur. On peut aussi se perfectionner dans la protection du bois, la construction à sec ou la réparation de bâtiments, ou encore dans la construction de fenêtres, de portes ou d’escaliers. Avec chaque formation supplémentaire et les qualifications qui l’accompagnent, le salaire a des chances d’augmenter. Pour avancer dans leur carrière, les charpentiers et autres professionnels de la construction commencent souvent par obtenir un titre de contremaître. Le contremaître gère un chantier ou une partie d’un chantier. Sa tâche principale est de servir d’intermédiaire entre les collaborateurs sur le chantier et la direction, et d’assurer un déroulement fluide des travaux. Pour devenir contremaître, aucune formation spéciale n’est requise, mais il faut pouvoir démontrer plusieurs années d’expérience professionnelle dans le domaine. En Allemagne, ont peut se qualifier en tant que «contremaître approuvé». Ce titre est délivré par des examinateurs d’une chambre des métiers correspondante ou de la Chambre de commerce et d’industrie. Pour passer l’examen, le candidat doit suivre une formation continue d’environ 600 heures, par exemple dans un centre de formation dédié aux métiers de la construction. On y apprend l’économie d’entreprise, le droit social et le droit du travail ainsi que d’autres aspects liés à l’éducation civique et au travail en général. Le candidat a également l’occasion d’approfondir des connaissances liées spécifiquement à son métier. Une telle formation supplémentaire va généralement de pair avec une hausse du salaire.

Foire aux Questions sur le salaire et la rémunération