Choisis un pays pour voir le contenu correspondant à ta localisation :

Emplois actuels

Conseiller en publicité

68.092 - 92.299 CHF

Tous les salaires affichés sont basés sur un emploi à plein temps et sur le paiement de 13 mois de salaire. Les salaires affichés sont des salaires bruts (avant les prélèvements sociaux).

Fourchette des salaires moyens en Suisse

En moyenne, on gagne en tant que Conseiller en publicité 5.904 CHF par mois. La moitié de tous les Conseiller en publicité gagne entre 5.238 et 7.100 CHF.

Votre salaire en comparaison

Que gagnent vos concurrents à qualification égale et pourquoi ? Apprenez-le ici !

C'est le salaire le plus élevé en tant que Conseiller en publicité

Secteur Lieu de travail Sexe

Débloquer les statistiques de salaires détaillées

Aidez-nous à rendre l'écart de rémunération plus transparent et plus équitable sur le long terme. Pour cela, nous avons seulement besoin de chiffres clés concernant votre emploi actuel. Ne vous en faites pas : vos données seront cryptées et traitées de manière anonyme.

30+ nouveaux emplois

Suggestions d'emploi en tant que fonction Conseiller en publicité

Notre Jobletter vous tiendra au courant par e-mail: Recevez les offres d'emploi actuelles et obtenez l'emploi de vos rêves !

Cliquez ici pour vous abonner à la Jobletter hebdomadaire

Article actuel sur le thème des salaires

SWISS HR AWARD Winner 2021

L'équité salariale pour votre entreprise

  • Vérifier l'équité du marché pour leurs salaires
  • Payez-vous un salaire égal dans tous les départements ?

Mettre en œuvre la loi sur l'égalité des sexes

  • Effectuer une analyse de l'égalité des salaires
  • Trouver un auditeur pour l'audit
Lohncheck Pro à partir de 108 CHF/an

Salaire moyen Conseiller en publicité

Conseiller en publicité Lohn

Le salaire d’un conseiller en publicité La branche des RP est en plein essor, en Suisse aussi. Les agences de publicité poussent comme des champignons. La numérisation lance de tout nouveaux défis aux entreprises. Il ne suffit plus, aujourd’hui, d’imprimer des brochures, affiches et panneaux publicitaires de qualité et de commander une réclame à la télévision, il faut également être présent sur Internet. Si possible en passant par Facebook et Twitter, sans oublier Snapchat, Instagram et YouTube. Ceux qui s’y connaissent dans ce domaine sont plus que bienvenus dans de nombreuses entreprises. Un conseiller en publicité aide les entreprises à projeter d’elles une image favorable dans le public et à placer des publicités efficaces dans les bons médias. Vous trouverez ci-dessous les autres tâches de ce métier ainsi que les conditions requises pour l’exercer et la façon d’y accéder, et le salaire qu’il peut rapporter. Tâches Ce métier consiste à conseiller différents clients en planifiant et en réalisant des concepts de publicité qu’il a imaginés. Un conseiller en publicité aide à établir la stratégie de marketing, à choisir le bon support de publicité et le bon concept. Bien sûr, il accompagne également les sociétés pour les projets de publicité existants et garde un œil sur les effets des plans effectués dans le passé. Enfin, il établit un sommaire des frais et en accord avec le client, il détermine les plateformes qui seront utilisées pour les publicités. Les professionnels de ce domaine travaillent le plus souvent comme consultants indépendants, mais ils peuvent aussi être employés dans une entreprise de marketing. Conditions Ceux qui s’attendent à des processus de travail bien définis, comme on les trouve dans d’autres professions, risquent d’être déçus. Pour ce métier, la spontanéité et la capacité d’adaptation sont de mise, en plus d’une bonne compétence en communication. Des nerfs solides, un talent de négociateur, une bonne compréhension des autres et une dose suffisante de créativité sont tout aussi souhaitables. Une qualité particulièrement importante est l’esprit d’équipe, car dans ce métier, c’est ensemble que l’on mène à bien un projet, et il faut pouvoir compter sur les autres pour réussir. Il faut également faire preuve d’une forte personnalité et respirer la confiance en soi. Ce travail n’est pas facile, car les délais sont serrés et la concurrence ne va pas en s’amenuisant. Il est donc crucial de projeter une bonne image de l’entreprise, une tâche qui requiert de la loyauté et la capacité de bien représenter son employeur. De nos jours, c’est Internet qui joue le rôle le plus important en publicité. Il faut donc être capable de comprendre et d’utiliser à bon escient les différents réseaux, logiciels graphiques, mécanismes de Google etc. Une bonne maîtrise de l’anglais est également essentielle. Le travail au quotidien Les tâches d’un conseiller en publicité sont aussi variées que peuvent l’être leurs mandats. On peut exercer ce métier en tant qu’indépendant, mais aussi au sein d’une agence de publicité, d’un institut d’études de marché et d’opinion publique ou d’autres sortes d’entreprises. Mais il existe encore bien d’autres types d’employeurs, car chaque grande compagnie souhaite promouvoir ses mérites et être bien perçue par le public. Les départements de relations publiques, les chaînes de télévision, les journaux, les magazines, les studios graphiques et les partis politiques représentent aussi des employeurs potentiels. Il est pratiquement impossible d’établir une liste complète des employeurs dans cette branche. Formation Comme dans la plupart des métiers de publicité et de relations publiques, il n’existe pas de formation unique pour les conseillers en publicité. Certaines hautes écoles à vocation commerciale ou graphique offrent cependant des formations qui vont dans ce sens, on trouve par exemple beaucoup de cursus axés sur le marketing ou la publicité. Etudes On peut même suivre des études de Master dans le domaine des relations publiques. Il est par exemple possible d’en obtenir un à l’école Ansbach en Bavière. Les études se nomment « Relations publiques et communication d’entreprise » et regroupent des connaissances théoriques et pratiques. A plein temps, la formation dure trois semestres. Formation continue Il existe une vaste palette de formations continues dans ce domaine. On trouve des cursus préparant au titre de maître et de contremaître. Indépendance Le passage à un statut d’indépendant, par exemple avec la création d’une agence de publicité, doit toujours être le fruit d’une mûre réflexion. Pour oser ce grand saut, il faut vraiment s’y connaître dans son domaine et amener avec soi une grande compétence. Des arguments de vente dans différents domaines peuvent constituer un avantage important pour se faire un nom auprès des clients et décrocher des mandats. La concurrence est énorme – en sortant du lot, on a plus de chances de réussir. Ceux qui travaillent jour et nuit dans le domaine de la publicité devraient aussi penser à se mettre eux-mêmes en valeur. Beaucoup tendent à l’oublier. Avec des cartes de visite ennuyeuses, un site web élémentaire et des logos standard, on ne laisse pas vraiment une impression inoubliable aux yeux des comités d’entreprise. Les chances de promotion sont nombreuses. Par exemple, on peut devenir directeur de la création, ou chef d’un groupe de clients. Quel salaire ? Plus on a suivi de formations continues et obtenu de qualifications, plus le salaire peut être élevé. En moyenne, on gagne environ 2050 CHF de salaire (brut) par mois. La rémunération peut cependant varier avec la complexité du projet, le mandant et le défi à relever. Avantages du métier Ce métier comporte un gros avantage : il est sans aucun doute extrêmement varié. On travaille sur des défis différents dans des projets différents, et on en apprend à chaque fois un peu plus. Pour ceux qui recherchent le contact et s’entourent volontiers d’autres personnes, et pour ceux qui aiment la communication et les stratégies, ce métier est une aubaine. Le développement de stratégies et de concepts est toujours l’affaire de toute une équipe. Ce n’est que lorsque chacun a fait son bout de travail tout en suivant le but commun que le plan prend vraiment forme, au profit de l’entreprise. Les solitaires ne sont pas vraiment à leur place ici. Un métier d’avenir ? En 2015, les départements de RP étudiés par Gerhard A. Pfeffer (fondateur du « PR-Journal ») ont investi 600 millions d’euros en Allemagne pour la publicité et le marketing. Un nouveau record. Depuis, presque chaque autorité, chaque entreprise de taille moyenne et chaque société a son propre département qui s’occupe des questions et critiques émises par la population, du marketing et du travail de public et de presse. La publicité est le domaine le plus important pour une entreprise. Car sans publicité, on ne vend pas. Sans vendre, on ne gagne rien. Le métier de conseiller en publicité a donc un avenir prometteur devant lui. Ceux qui ont toujours les yeux tournés vers le futur et qui s’occupent déjà de techniques de marketing qui vont peut-être gagner en importance dans les années à venir, ont un avantage considérable par rapport à la concurrence et peuvent aider les entreprises de façon ciblée. Le métier de conseiller en publicité me convient-il ? Les personnes qui se demandent si elles sont faites pour ce métier ont un moyen très simple d’en avoir le cœur net : un stage ou des journées d’essai dans une agence de marketing. C’est une bonne occasion de plonger dans le travail au quotidien. Mais il ne faut pas oublier que dans cette branche, les heures de travail sont irrégulières et chaque jour apporte quelque chose de différent. Candidature Après avoir terminé sa formation ou ses études, il est temps de faire son entrée dans la vie active et de se mettre à postuler. Il est important de savoir que les entreprises attendent d’un candidat au poste de Werbeberater qu’il se montre créatif et qu’il sache se présenter sous une lumière spécialement favorable. C’est au fond le principe de son rôle dans le poste offert. La candidature doit donc s’élever au-dessus de la masse des lettres de postulation. Dans le domaine de la publicité, un simple CV en Arial noir et blanc ne parviendra pas à intéresser les employeurs potentiels. Il vaut donc la peine de bien réfléchir à la manière dont on veut se présenter. Si cela marche, il faut ensuite avoir l’air sûr de soi. Car là où le chef de département ou le manager est assis, c’est aussi l’endroit où plus tard, des clients potentiels seront assis. Il s’agit donc de gonfler la poitrine et de mettre le paquet.

Foire aux Questions sur le salaire et la rémunération