Choisis un pays pour voir le contenu correspondant à ta localisation :

Emplois actuels

Paysagiste

55.519 - 75.700 CHF

Tous les salaires affichés sont basés sur un emploi à plein temps et sur le paiement de 13 mois de salaire. Les salaires affichés sont des salaires bruts (avant les prélèvements sociaux).

Fourchette des salaires moyens en Suisse

En moyenne, on gagne en tant que Paysagiste 4.960 CHF par mois. La moitié de tous les Paysagiste gagne entre 4.271 et 5.823 CHF.

Votre salaire en comparaison

Que gagnent vos concurrents à qualification égale et pourquoi ? Apprenez-le ici !

C'est le salaire le plus élevé en tant que Paysagiste

Secteur Lieu de travail Sexe

Débloquer les statistiques de salaires détaillées

Aidez-nous à rendre l'écart de rémunération plus transparent et plus équitable sur le long terme. Pour cela, nous avons seulement besoin de chiffres clés concernant votre emploi actuel. Ne vous en faites pas : vos données seront cryptées et traitées de manière anonyme.

30+ nouveaux emplois

Suggestions d'emploi en tant que fonction Paysagiste

Notre Jobletter vous tiendra au courant par e-mail: Recevez les offres d'emploi actuelles et obtenez l'emploi de vos rêves !

Cliquez ici pour vous abonner à la Jobletter hebdomadaire

Article actuel sur le thème des salaires

SWISS HR AWARD Winner 2021

L'équité salariale pour votre entreprise

  • Vérifier l'équité du marché pour leurs salaires
  • Payez-vous un salaire égal dans tous les départements ?

Mettre en œuvre la loi sur l'égalité des sexes

  • Effectuer une analyse de l'égalité des salaires
  • Trouver un auditeur pour l'audit
Lohncheck Pro à partir de 108 CHF/an

Salaire moyen Paysagiste

Le métier de paysagiste La Suisse est l’un des plus beaux pays d’Europe. Elle ne le doit pas seulement à ses atouts naturels. Le fait que des visiteurs du monde entier ne cessent de louer la beauté du paysage n’est pas uniquement dû aux Alpes majestueuses et aux idylliques lacs de montagne. Ils sont également impressionnés par l’aspect propre et soigné des métropoles suisses. Dans ce domaine, on peut remercier les paysagistes qui, en soignant et en entretenant les espaces verts publics, contribuent à mettre en valeur notre patrimoine naturel. Quelle formation mène au métier de paysagiste ? Si vous souhaitez devenir paysagiste, vous avez trois options. Premièrement, vous pouvez suivre une formation de base d’horticulteur AFP et choisir l’orientation «paysagisme». Deuxièmement, si l’attestation fédérale de formation professionnelle (AFP) ne vous suffit pas, vous pouvez opter pour un certificat fédéral de capacité (CFC) en tant qu’horticulteur. Ici aussi, il est possible de se spécialiser en paysagisme. Troisièmement, si vous ne voulez pas seulement soigner et entretenir des jardins mais aussi les planifier et les concevoir, et si vous souhaitez vous élever au niveau académique, vous avez la possibilité de devenir architecte-paysagiste en vous formant dans une haute école spécialisée. Horticulteur/horticultrice AFP Le contenu de cette formation professionnelle est spécifié dans l’«Ordonnance sur la formation professionnelle initiale d’horticultrice/horticulteur AFP» publiée par l’association d’entreprises Jardin Suisse (voir le plan de formation). L’apprentissage dure deux ans, il est accessible à tous ceux qui ont terminé l’école obligatoire. La formation se passe en entreprise formatrice et à l’école professionnelle, et comprend également des cours interentreprises. Les horticulteurs AFP suivent des cours sur les plantes, leurs habitats et leurs conditions de vie. Les candidats doivent déjà choisir entre la production végétale et le paysagisme au début de leur apprentissage. Selon leur choix, ils vont se concentrer soit sur la culture des plantes, soit sur l’aménagement et l’entretien d’habitats naturels ou artificiels. Le travail des paysagistes peut s’effectuer en plein air ou dans des bâtiments d’habitation ou de commerce, des serres ou des orangeraies. Le noyau de la formation est constitué par les techniques de travail que chaque paysagiste doit maîtriser. Il s’agit par exemple de la semence de jeunes plantes et l’arrosage, le rempotage ou la taille de plantes. On apprend à diagnostiquer et à traiter diverses maladies. L’utilisation des machines et appareils courants figure aussi au programme. Tous ces engins doivent être non seulement manœuvrés de façon compétente, mais également nettoyés, entretenus et réparés correctement. En plus de ces disciplines propres au paysagisme, les apprentis sont initiés au commerce et à l’économie d’entreprise. Ils apprennent notamment comment établir des factures et vérifier des bons de livraison. La vente de plantes et la communication incitative avec les clients sont également des sujets importants. Après deux ans, on passe un examen qui comprend les branches suivantes : - préparation de livraisons - travaux d’entretien dans l’entreprise - travaux de plantation et de semis - nutrition et protection des plantes - entretien de jardins et d’espaces verts - aménagement de jardins et d’espaces verts. Ceux qui parviennent à obtenir un diplôme AFP peuvent suivre une formation continue jusqu’au niveau d’horticulteur CFC et ainsi, se qualifier pour des tâches plus complexes et un poste de cadre intermédiaire. Horticulteur CFC La formation professionnelle d’horticulteur CFC est réglée par l’Ordonnance du SEFRI sur la formation professionnelle initiale d’horticultrice/horticulteur avec certificat fédéral de capacité (CFC) du 31 octobre 2011 (ordonnance sur la formation). Comme pour la formation AFP, il faut avoir achevé sa scolarité obligatoire pour pouvoir se présenter à l’apprentissage. On peut tenter d’obtenir une maturité professionnelle pendant l’apprentissage. Les titulaires d’une attestation de formation professionnelle (AFP) d’horticulteur se voient réduire leur apprentissage d’un an. Dans le cadre de la formation professionnelle d’horticulteur CFC, les apprentis ont le choix entre quatre orientations : paysagisme, pépinière, plantes vivaces ou floriculture. L’orientation choisie est fixée dans le contrat d’apprentissage avant le début de la formation. Le métier de paysagiste est décrit comme suit dans l’art. 1 de l’Ordonnance sur la formation : Les paysagistes - s’occupent principalement des plantes ainsi que de leurs milieux de vie naturels et aménagés, - ils produisent des plantes ou créent des aménagements pour les plantes à la demande des clients, - en utilisant différents matériaux, ils prennent en considération la nature et l'environnement et contribuent à la biodiversité et à l'utilisation durable des ressources, - ils travaillent seuls ou au sein d’une équipe et peuvent diriger eux-mêmes d'autres collaborateurs. Tout comme la préparation à l’attestation de formation professionnelle, cet apprentissage se déroule en partie en entreprise formatrice et en partie à l’école professionnelle. Il est toutefois plus exigeant en termes de contenu et couvre un plus grand éventail de disciplines. Les compétences suivantes sont au centre de l’enseignement : - conseil et vente - livraison et prestation de service - travaux d’entretien dans l’entreprise - travaux de plantation et de semis - nutrition et protection des plantes - connaissance et utilisation des plantes - entretien de jardins et d’espaces verts - aménagement de jardins et d’espaces verts - production de plantes - multiplication de plantes. La formation professionnelle se conclut par un examen portant sur le travail pratique, les connaissances professionnelles générales et avancées ainsi que des tests de culture générale. Ceux qui ont obtenu la maturité professionnelle en même temps que leur CFC ou qui ont un diplôme équivalent peuvent ensuite s’inscrire dans une haute école spécialisée pour étudier une branche liée au paysagisme. Etudes d’architecture du paysage En Suisse, le Bachelor d’architecture du paysage ne peut s’obtenir qu’à la Hochschule für Technik Rapperswil (HSR) ou la Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO) de Genève. Les études durent six semestres. Elles se concentrent sur trois grands axes thématiques : écologie et pédologie, planification et conception, et aménagement de jardins et d’espaces verts. Vu la contribution essentielle de l’architecte-paysagiste dans la conservation des jardins historiques et des paysages de culture, celui-ci doit disposer de solides connaissances historico-culturelles et artistiques. Les études abordent également des thèmes économiques et juridiques, en particulier dans le domaine du droit de construction et de la préservation des monuments historiques. Après l’obtention du Bachelor, on peut viser un titre de Master à la Haute école de Suisse orientale (FHO) avec une spécialisation dans la construction durable, le développement des espaces ou l’architecture paysagère. Un Bachelor délivré dans une haute école suisse permet également d’accéder à des études de Master dans un pays voisin. Pour un Master, il faut généralement compter quatre semestres supplémentaires. Conditions personnelles Un futur paysagiste doit s’intéresser aux plantes, à la nature et à l’écologie. Il est important qu’il ne souffre pas d’allergies au pollen ou aux graminées. Après la formation professionnelle, les activités sont essentiellement pratiques. Le paysagiste travaille en plein air et doit effectuer des travaux éprouvants dans des températures parfois extrêmes. Il doit donc posséder une bonne constitution physique et pouvoir résister à des conditions difficiles. Un architecte-paysagiste doit en outre aimer la technique et savoir bien dessiner. Carrière et salaire Les possibilités de carrière d’un paysagiste dépendent avant tout du type de formation qu’il a suivie. Les horticulteurs AFP se voient généralement confier des tâches pratiques. Ils travaillent le plus souvent pour des jardineries privées, des entreprises de jardinage ou des offices cantonaux ou fédéraux responsables de l’entretien des espaces verts publics. Avec un certificat fédéral de capacité, les horticulteurs se qualifient pour des tâches plus exigeantes et pour des postes de cadres intermédiaires dans l’économie privée. Les architectes-paysagistes créent et aménagent de nouveaux jardins et espaces verts et entretiennent les parcs historiques de la Suisse. Ceux qui suivent une formation professionnelle gagnent un salaire d’environ 600 CHF en première année, qui s’élève jusqu’à 1'200 CHF en troisième année. Le salaire obtenu après la formation dépend fortement de l’endroit où l’on travaille, il varie entre 4'000 et 6'000 CHF par mois. Un architecte-paysagiste muni d’un Master peut compter sur un salaire initial d’environ 70'000 CHF par an.

Foire aux Questions sur le salaire et la rémunération